Logistique et traitement

DEEE Ménagers

Toute l'actualité 2018 de la logistique et du traitement d'ESR pour les DEEE Ménagers.

Chiffres clés

76,6%

taux de recyclage moyen

85,6%

taux de valorisation moyen

73

centres de traitement

345

audits et visites de contrôle

Taux de recyclage et de valorisation par flux

Taux de recyclage et de valorisation par catégories d'appareils

 
Recyclage
Taux cible
Valorisation
Taux cible
Cat. 180,32%80%90,51%85%
Cat. 277,02%55%83,89%75%
Cat. 371,88%70%78,51%80%
Cat. 455,31%70%61,18%80%
Cat. 677,00%55%83,86%75%
Cat. 777,00%55%83,86%75%
Cat. 877,00%55%83,86%75%
Cat. 977,00%55%83,86%75%

Liste des substances dangereuses extraites

Produits issus du traitements
Tonnes
 
 
 
Câbles électriques8 324,47
Cartes de circuits imprimés8 347,58
Cartouches de toner207,15
CFC, HCFC, HFC et HC : gaz extraits en première phase de dépollution99,90
CFC, HCFC, HFC et HC : gaz extraits en deuxième phase de dépollution331,61
CFC, HCFC, HFC et HC : huiles contenant des traces de CFC359,61
Composants contenant des fibres céramiques réfractaires0,00
Composants contenant des substances radioactives0,01
Composants contenant du mercure0,70
Condensateurs contenant du polychlorobiphényle (PCB) et condensateurs électrolytiques contenant des substances dangereuses308,80
Déchets d'amiante et composants contenant de l'amiante0,00
Ecrans à cristaux liquides et écrans rétroéclairés par des lampes à décharge8 138,67
Lampes à décharge77,95
Matières plastiques contenant des retardateurs de flamme bromés13 203,07
Piles et accumulateurs896,39
Tubes cathodiques24 403,18

Bilan environnemental

ESR publie ses nouveaux indicateurs environnementaux ! Ces indicateurs sont le fruit de plusieurs années de travail pour collecter, analyser et traiter les données de terrain relatives aux activités opérationnelles pilotées par ESR (logistique d’enlèvement des DEEE, traitement, etc.). Trois indicateurs environnementaux sont retenus au vu de leur pertinence pour les activités pilotées par ESR :

  • L’indicateur « Changement climatique », qui évalue les émissions de gaz à effet de serre,
  • L’indicateur « Consommation de ressources fossiles », qui évalue les consommations de pétrole, charbon et gaz principalement,
  • L’indicateur « Consommation de ressources minérales », qui évalue les consommations des différentes ressources minérales telles que les métaux, la silice, etc.

Pour chacun de ces indicateurs, trois valeurs sont présentées :

  • Les bénéfices environnementaux associés aux matières secondaires produites par les opérations de recyclage ou à l’énergie produite par valorisation de certains déchets. Ces matières recyclées et cette énergie se substituent à des matières primaires et à de l’énergie qu’il aurait fallu produire de manière conventionnelle sinon,
  • Les impacts environnementaux liés à la logistique d’enlèvement, au traitement…,
  • Le bilan net, soit la différence entre ces bénéfices et ces impacts.

Pour chaque indicateur, le bilan net donne une mesure de la plus-value environnementale des activités opérationnelles pilotées par ESR, liée à la régénération de matières et à la production d’énergie.

Les bénéfices de la dépollution des gaz réfrigérants et d’expansion sont évalués de manière distincte. Cette dépollution a permis d’éviter en 2018 l’équivalent de l’émission de 1 758 583 t de CO2.

Implantation des centres de traitement en 2018

Tonnages de DEEE traités par flux

2 207

Réemploi

2 489

Réutilisation

212 671

Recyclage

22 265

Valorisation

27 413

Destruction

916

Réemploi

1 064

Réutilisation

75 647

Recyclage

15 148

Valorisation

4 653

Destruction

307

Réemploi

26

Réutilisation

19 880

Recyclage

2 423

Valorisation

55 043

Destruction

646

Réemploi

13

Réutilisation

118 803

Recyclage

10 587

Valorisation

24 906

Destruction

TOTAL avec réemployé : 597 106 tonnes

TOTAL sans réemployé : 589 438 tonnes

Un projet majeur pour harmoniser et simplifier les processus opérationnels

En 2018, ESR a lancé un très grand projet de redéfinition de ses processus opérationnels pour l’ensemble des secteurs qu’il adresse. Il s’agit de définir une offre de service harmonisée, complète et cohérente pour ses partenaires et prestataires. Cette démarche s’inscrit pleinement dans l’esprit de simplification engagé par la fusion d’Eco-systèmes et de Récylum au sein d’ESR, mais aussi dans les défis à relever pour atteindre les objectifs de collecte.

Un nouveau schéma global de logistique et de traitement sera mis en place avec de nouveaux contrats début 2021, et ce pour une période de 3 ans. Ce schéma s’accompagnera de l’intégration de l’ensemble des opérations au sein d’un système d’information unique. Les indicateurs de pilotage seront également harmonisés.

Un important travail d’identification, de valorisation et de concrétisation des synergies opérationnelles en matière de mutualisation, de contenants, de dématérialisation et de traçabilité est à mener. S’en suivra une modélisation d’un schéma cible pour la logistique et le traitement, avant de passer à la mise en œuvre des appels d’offres. Un accompagnement des partenaires et prestataires d’ESR est prévu pour déployer et conduire les changements induits par cette nouvelle organisation.

Parmi les points-clés des processus opérationnels à redéfinir et harmoniser, la pesée, la gestion des contenants, la gestion des BSD, les délais, la gestion des SRD, indésirables et intrus seront mûrement étudiés pour proposer un schéma cible cohérent et unifié, dont découlera un système d’information unique adapté.

Ce projet d’une envergure inégalée mobilise donc la totalité des services d’ESR, tous secteurs confondus. Il s’agit d’une excellente opportunité pour améliorer les processus et franchir un pas en matière d’harmonisation et de simplification.

1er symposium "Mines Urbaines" les 5 et 6 juin 2018

play
play
play

Lancée en 2014 par Eco-systèmes avec la Fondation ParisTech, la chaire « Mines Urbaines » a notamment pour objectif d’explorer de nouveaux procédés de recyclage de deux grandes familles de matériaux : les plastiques avec toutes les difficultés inhérentes à ces matières et les métaux stratégiques indispensables à la production de nombreux objets technologiques.

Organisé à l’école Chimie ParisTech, le symposium des 5 et 6 juin 2018 avait pour objectif de présenter les travaux des étudiants impliqués dans les travaux de la chaire et de favoriser les échanges avec des représentants d’autres horizons : les pouvoirs publics comme garants de l’intérêt général et régulateurs des filières REP ainsi que les représentants techniques d’opérateurs, de producteurs, de fédérations et d’associations, accompagnés d’experts scientifiques ou juridiques.

ESR et l’ISIGE-MINES ParisTech donnent un nouvel élan à la formation à travers l’économie circulaire

ESR et l’Institut Supérieur d’Ingénierie et de Gestion de l’Environnement (ISIGE) de MINES ParisTech ont signé en 2018 un accord pour formaliser leur coopération dans le domaine de la formation en Environnement et Développement Durable. Les deux partenaires ont prévu d’accentuer la dimension « Economie Circulaire » du Mastère Spécialisé IGE de l’ISIGE, en s’appuyant sur des cas concrets issus de différentes filières, notamment celle qui traite des équipements électriques et électroniques.

En effet, le développement d’une économie circulaire nécessite de nouveaux profils d’ingénieurs et de cadres aptes à agir comme des « architectes de l’inconnu ». ESR apporte ainsi à l’ISIGE son expérience de 13 ans consacrés à la création et au pilotage d’un dispositif opérationnel fédérant tous les acteurs de la filière. Il participe également au financement de la formation et propose ponctuellement aux étudiants des cas d’études concrets ancrés dans la réalité du terrain.

Cette nouvelle coopération s’inscrit dans la continuité des relations établies entre ESR et ParisTech au sein de la chaire de recherche « Mines urbaines » lancée en 2014. Pour ESR, il est crucial de s’impliquer dans une dynamique d’évolution de la formation adaptée aux enjeux d’une économie de plus en plus circulaire. Il est aussi indispensable de faire évoluer les formations pour être au plus près des besoins actuels et futurs des professionnels de l’environnement et du développement durable.

L’accord est conclu pour une durée de trois ans au moins. Les étudiants de la promotion 2018-2019 ont travaillé sur la thématique des plastiques et des enjeux de leur recyclage. Ils ont étudié les réponses possibles des différents acteurs d’une filière produits (le petit électroménager) dans la perspective de tendre vers 100% de plastiques recyclés à horizon 2025.

Explorer le rapport annuel